31.4 C
Los Angeles
octobre 22, 2019
INTERNATIONAL

Fatou Bensouda retarde le retour de Laurent Gbagbo et Blé Goudé en Côte d’Ivoire

Alors que le délai pour apporter sa réponse devait expirer ce lundi 16 septembre à minuit, Fatou Bensouda a décidé de faire appel de la décision d’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, prononcée par la Cour pénale internationale (CPI) en janvier dernier. Une nouvelle procédure qui risque de retarder le grand retour de l’ancien président ivoirien et son ancien ministre de la Jeunesse pour la présidentielle de 2020.

Certains avaient fini par croire que le démontage de son dossier par la majorité des juges de la Chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) allait la convaincre de se retirer du dossier. D’autres subodoraient qu’avec la remise en jeu de sa banquette de Procureur de la juridiction basée à La Haye, elle trouverait un autre dossier moins étriqué pour signer la fin de sa carrière. Rien n’y fait !

Le dernier combat de Fatou Bensouda

Le dossier Laurent Gbagbo/Charles Blé GoudéFatou Bensouda a décidé d’en faire son dernier combat avant d’accrocher définitivement sa robe de procureur de la CPI. Ce lundi 16 septembre, l’ancienne ministre de la Justice de la Gambie a décidé de faire appel de la décision de la Première chambre de la CPI d’acquitter l’ancien président de la Côte d’Ivoire et son ancien ministre de la Jeunesse.

« L’Accusation notifie son intention d’interjeter appel contre la décision orale de la majorité de la Chambre de première, rendue le 15 janvier 2019 dans l’affaire du Procureur contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé », indique Fatou Bensouda dans un document de 8 pages transmis aux juges de la Chambre d’appel de la CPI

« L’appel démontrera que la Chambre de première instance a commis des erreurs de droit et de procédure qui ont entraîné l’acquittement de MM. Gbagbo et Blé Goudé de tous les chefs d’accusation », assure Fatou Bensouda dans sa note pour interjeter l’appel. Une réponse à la décision de la Première chambre qui avait rejeté les demandes de la Procureure de maintenir en détention les deux hommes avant de prononcer leur acquittement à la reprise du procès en janvier dernier.

Le feuilleton judiciaire est loin d’être terminé. Fatou Bensouda dispose de 30 jours pour déposer ses arguments afin de prouver les erreurs procédurales et juridiques commises en première instance. A partir du moment où elle aura déposé les éléments à l’appui de sa demande d’appel, les avocats de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé disposent d’un mois pour déposer leurs contre-arguments. La chambre d’appel devra ensuite statuer sur la décision de Chambre de première instance.

Le come-back de Laurent Gbagbo retardé

Si l’appel de Fatou Bensouda est entendu, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devraient être jugés à nouveau des accusations de crimes contre l’Humanité supposément commis lors de la crise post-électorale de 2010 qui a fait plus de 3 000 morts. La Chambre d’appel peut aussi choisir de confirmer le verdict de la Première chambre ; auquel cas, les deux hommes seraient totalement libres. Mais le temps presse et Fatou Bensouda ne le sait que trop bien.

A l’heure où l’on pense déjà à sa succession sur le fauteuil de Procureur de la CPI, Fatou Bensouda démontre toute sa pugnacité à instruire ce dossier embourbé qui a déjà donné lieu à un procès qui fera date – quelle qu’en soit l’issue – dans les annales de la justice internationale. Par ailleurs, le temps du dépôt des arguments par les parties au procès, les audiences devant la juridiction d’appel, les éventuelles manœuvres dilatoires ou procédurales laissent présager d’un long procès.

La suite de l’action encore pendante dans les prétoires de La Haye au Pays-Bas aura forcément une incidence sur le cours politique de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Alors que le jeu des alliances a débuté et que les esquisses de stratégies politiques se font jour pour la succession d’Alassane Dramane Ouattara (ADO), la procédure d’appel pourrait annihiler toute chance du président de l’autre branche du FPI de se porter candidat à la présidentielle de 2020. Il pourrait en effet être trop tard pour Laurent Gbagbo d’obtenir un casier judiciaire totalement vierge de toute condamnation et rentrer à temps pour s’aligner sur la ligne de départ de la présidentielle. Il semble que le sort judiciaire semble s’acharner contre son ambition d’effectuer son come-back ! 

Articles en relation

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro candidat à la présidentielle de 2020

Awa Diallo

Mauritanie: interception d’une centaine de migrants à Nouadhibou

Awa Diallo

Zimbabwe: Robert Mugabe souffrait d’un « cancer à un stade avancé »

Awa Diallo
Chargement....